Ce rapprochement planétaire est à observer en fin de nuit le 17 septembre 2022.

Illustration montrant alors qu'il fait encore nuit la position de la planète Mars et du quartier de lune par rapport à la constellation du Taureau. On voit également la constellation d'Orion en dessous. Au premier plan, un paysage de champ avec des éoliennes.
Positions respectives de la planète Mars et de la Lune le 17 septembre 2022 vers 6h (heure de Paris) par rapport aux constellations hivernales du Taureau et d’Orion. Le cercle bleu représente un champ de 6 degrés typique d’une paire de jumelles 10×50.

Alors que l’été se termine, les constellations hivernales tout comme les planètes se lèvent de plus en plus tôt en cours de nuit, si bien qu’au petit matin du 17 septembre vers 6h, c’est à proximité du sud et bien haut dans le ciel qu’il faut chercher nos vedettes du jour. Un joli tableau s’offre alors à nos yeux, qui n’est pas sans rappeler celui que nous vous avions signalé le 18 août dernier.

En effet, la Lune quasiment au dernier quartier se retrouve à proximité de la planète Mars, les deux astres étant éloignés d’un peu moins de quatre degrés. Il est donc possible de les observer ensemble dans une paire de jumelles classique de type 10×50.

Illustration montrant l'aspect de la Lune et de Mars le 17 septembre 2022 vers 6h  tels qu’on peut les voir dans une paire de jumelles de type 10×50. Dans le champ étoilé, on voit la Lune presque au dernier quartier en haut à gauche et la planète Mars orangée en bas à droite.
Aspect de la Lune et de Mars le 17 septembre 2022 vers 6h (heure de Paris), tels qu’on peut les voir dans une paire de jumelles de type 10×50, avec un champ de 6 degrés.

Le duo s’est décalé depuis le 18 août : il vogue désormais entre les deux cornes de la constellation du Taureau. Appelée également la planète rouge en raison de sa couleur caractéristique décelable même à l’œil nu, Mars peut être comparée à deux autres étoiles orangées des environs : Aldébaran, principale étoile du Taureau et Bételgeuse, qui marque le coin supérieur gauche de la constellation d’Orion. Sans conteste, Mars est la plus colorée des trois, son surnom est donc entièrement justifié !