Le jeudi 10 juin 2021 a lieu une éclipse de Soleil partielle en Europe et au Québec. Un spectacle rare et observable par tous ! À condition de respecter quelques règles…

Eclipse partielle de Soleil : on voit le disque solaire avec une échancrure noire correspondant à l'endroit où se trouve la Lune.
Le Soleil partiellement masqué par la Lune lors de l’éclipse partielle de Soleil du 20 mars 2015. Image : Carine Souplet

C’est une éclipse annulaire débutant en Ontario (Canada), passant par le Groenland et les mers arctiques et se terminant à l’est de la Sibérie qui va permettre à de nombreux observateurs européens et canadiens de profiter d’un Soleil partiellement éclipsé le 10 juin 2021.

Éclipse annulaire et éclipse partielle, comment ça marche ?

Tout comme lors d’une éclipse totale, une éclipse annulaire se produit lorsque la Lune passe exactement entre le Soleil et la Terre. La différence avec l’éclipse totale réside dans le fait que notre satellite naturel est trop éloigné de nous pour que son disque couvre entièrement celui du Soleil : il reste alors un anneau de Soleil visible.

Schéma montrant la différence entre une éclipse totale et une éclipse annulaire de Soleil. Si la lune est trop éloignée de la Terre, alors l'éclipse est annulaire. Si l'observateur situé sur Terre n'est pas exactement aligné avec la Lune et le Soleil, alors l'éclipse est vue partielle.
Principe des éclipses de Soleil : selon l’éloignement de la Lune par rapport à la Terre, l’éclipse est totale ou annulaire. Sur ce schéma, les distances et les proportions entre les astres ne sont pas respectées.

Sur Terre, la zone où cet alignement est parfait est très étroite. Dès qu’on s’en éloigne, la Lune ne passe plus exactement entre l’observateur et le Soleil, mais au-dessus ou au-dessous : l’éclipse est alors partielle.

La bande où l’éclipse annulaire est observable est large d’environ 500 kilomètres dans le cas de l’éclipse du 10 juin, mais elle passe sur des territoires peu accessibles et peu peuplés (nord du Canada, Groenland…) . En dehors de cette bande, on verra passer la Lune au nord du Soleil : l’éclipse est ainsi partielle pour les habitants du Québec et d’une grande partie nord des continents européens et asiatiques.

L’éclipse du 10 juin 2021 en Europe et au Québec

En Europe, le Soleil sera masqué d’autant plus par la Lune que l’observateur se trouve à une latitude élevée. Ainsi, en France, la Lune ne masquera que 3% de la surface du Soleil à Perpignan alors qu’à Dunkerque, la surface couverte sera de 18%. Par contre, les Norvégiens habitant Tromsø (au-delà du cercle polaire nord) verront un Soleil éclipsé à 51%.

Carte de la France avec le pourcentage d'occultation du Soleil par la Lune selon la ville, par exemple 17% à Dunkerque, 7% à Biarritz, 2% à Nice.
Aspect du Soleil au maximum de l’éclipse partielle du 10 juin 2021 pour quelques villes de France, de Belgique et de Suisse. D’après le logiciel Stellarium, carte freepik.

Les habitants du Québec sont beaucoup plus chanceux puisque la Lune couvrira une grande partie du Soleil (par exemple, près de 80% à Québec et Montréal). Au maximum de l’éclipse, on verra donc un croissant de Soleil assez fin.

À quelle heure voir l’éclipse ?

De manière générale, la durée d’une éclipse partielle est assez longue, sauf si on se trouve à la limite de sa zone de visibilité. Le 10 juin, l’éclipse dure plus de deux heures à Dunkerque et plus d’une heure à Nice. Mais le maximum, moment le plus intéressant où le Soleil est le plus masqué, est bien sûr moins long.

Bien que très partielle, cette éclipse est intéressante en Europe de l’ouest car elle se produit en milieu de journée, lorsque le Soleil est au plus haut dans le ciel. En plein mois de juin, les chances d’avoir une météo favorable pour son observation sont élevées. Le tableau ci-dessous donne les horaires précis de début, maximum et fin pour les principales villes françaises et francophones. Si le ciel est bien dégagé, la pause méridienne sera parfaite pour qu’un maximum de curieux lève les yeux et admire le phénomène.

Villedébut de l’éclipsemaximum de l’éclipsefin de l’éclipsesurface maximum du Soleil éclipsé
Québec4h43 (lever du Soleil 4h51)5h396h4079%
Brest10h5912h0013h0618%
Dunkerque11h1312h1613h2317%
Paris11h1212h1113h1513%
Strasbourg11h2512h2113h199%
Lyon11h2012h1013h026%
Biarritz11h0411h5312h467%
Nice11h3312h1012h492%
Bruxelles11h1712h1913h2515%
Genève11h2412h1313h066%
Horaires de l’éclipse du 10 juin 2021 pour quelques villes francophones où l’éclipse est visible (heure locales). Données issues du site de Xavier Jubier.


Au Québec, l’éclipse commence au moment où le Soleil (très matinal !) se lève (voir tableau ci-dessus) : notre étoile apparaîtra donc avec une petite échancrure sur son disque, notamment à Québec et à Montréal. Le maximum de l’éclipse partielle, vers 5h40, est assez bas sur l’horizon, 6° environ et le phénomène s’achève à 6h40 alors que le Soleil n’est qu’à 15° de hauteur (soit la largeur du poing avec le pouce écarté). Si vous observez en ville, il faut donc veiller à ce qu’un immeuble ne gêne pas l’observation du phénomène.

Que faut-il voir ?

Lorsqu’on en a l’occasion, il est toujours intéressant d’observer la progression du disque lunaire devant celui du Soleil. Une observation toutes les 10 minutes permet de s’en rendre compte facilement.

Suivant le pourcentage d’occultation du Soleil par la Lune, une éclipse partielle est plus ou moins spectaculaire. Ainsi, les habitants de Nice qui n’ont que 2% d’occultation du Soleil ne verront qu’une petite échancrure sur son bord nord. À Dunkerque, le disque solaire sera plus franchement rogné et la vision vraiment curieuse à constater. Quant aux chanceux habitant le Québec, ils pourront voir un fin croissant de Soleil au moment du maximum puisque 80% de sa surface sera couverte !

Comment observer l’éclipse ?

Pour observer une éclipse de Soleil, il est indispensable de se protéger les yeux afin de ne pas les abîmer. Pour cela, il faut utiliser un système filtrant spécialement adapté, qui peut se présenter sous plusieurs formes :

  • pour l’observation sans instrument, une paire de lunettes “spéciale éclipse” permet de se protéger très efficacement à peu de frais. C’est un outil facile à emporter, idéal pour observer en groupe ou lorsqu’on ne peut pas utiliser de matériel d’astronomie. Veillez toutefois à ce que la partie filtrante des lunettes soit en parfait état (non pliée, non rayée, sans trou) pour observer en toute sécurité ;
  • si vous disposez d’une paire de jumelles, d’une lunette astronomique ou d’un télescope, il faut absolument équiper l’instrument de filtres spéciaux à placer à l’avant de l’optique pour ne pas vous abîmer les yeux. Ce sont les mêmes que ceux utilisés pour l’observation du Soleil en dehors des éclipses.

Enfin, si vous n’avez ni paires de lunettes, ni filtre pour votre instrument, rien n’est perdu car on peut observer une éclipse de Soleil très facilement de façon indirecte ! Il suffit de disposer de n’importe quel objet disposant d’un ou plusieurs trous de quelques millimètres de diamètre : un carton au format A4 percé d’un trou au centre convient, mais vous pouvez aussi utiliser une passoire ou une écumoire ! Présentez l’objet en question face au Soleil éclipsé et observez l’image qui se forme par terre à l’endroit où sa lumière passe par le trou. Avec une passoire ou une écumoire, vous obtenez alors des dizaines de petits soleils éclipsés ! Une activité amusante à faire en famille ou dans la cour d’une école !

Photo montrant un nomade brandissant un couscoussier pendant l'éclipse de Soleil : l'ombre portée montre des dizaines de petits croissants solaires projetés sur le sable.
Utilisation d’un ustensile de cuisine pour faire des sténopés lors de l’éclipse annulaire du 3 octobre 2005 en Tunisie. Au moment de la photo, l’éclipse était encore partielle et ce sont des croissants de Soleil qui se formaient au travers de chaque trou du couscoussier. Image : Carine Souplet