Plus lointaine planète du Système solaire, Neptune s’observe aux instruments à partir de la rentrée jusqu’à la fin de l’année 2019, et même au-delà.

Image de la planète Neptune, photographiée le 16 août 1989 par la sonde Voyager 2.
La planète Neptune photographiée le 16 août 1989 par la sonde Voyager 2.
Crédit : NASA/JPL

Huitième et dernière planète de notre Système solaire, Neptune est une géante gazeuse encore bien peu connue en raison de son éloignement. Bien qu’elle soit au plus près de nous le 10 septembre 2019, ce sont pas moins de 4,33 milliards de kilomètres qui nous séparent d’elle à ce moment ! Aussi, même si elle fait partie des “planètes géantes” de notre Système solaire, c’est la seule que l’on ne peut pas voir à l’œil nu.

Mais tout observateur muni d’un instrument même modeste peut tenter de la localiser et de l’observer. En effet, la magnitude de Neptune est légèrement inférieure à 8, ce qui la rend théoriquement accessible à une paire de jumelles 10×50. Cependant, une lunette astronomique ou un télescope sont des instruments plus pratiques pour rechercher la planète car ils permettent de la grossir davantage.

Localiser Neptune en 2019

En 2019, Neptune se situe dans la constellation du Verseau et lorsqu’elle passe au plus haut dans le ciel (au sud), sa hauteur approche des 40 degrés au dessus de l’horizon aux latitudes tempérées de l’hémisphère nord : des conditions tout à fait intéressantes pour l’observer.

Localisation du Verseau par rapport aux autres constellations environnantes.

Une fois le secteur de la discrète constellation du Verseau identifié, par exemple à partir du bien connu Carré de Pégase, repérez à l’œil nu l’étoile lambda, ainsi que le trio psi 1, psi 2 et psi 3 Verseau. Ces quatre étoiles sont de bons jalons pour localiser ensuite phi Verseau, visible également sans instrument. Cette dernière est un repère de choix : en effet, Neptune évolue à proximité durant toute la fin 2019.

Position de Neptune près de l’étoile phi Verseau entre le 1er septembre 2019 et le 29 janvier 2020 (les repères sont espacés de 15 jours).

Que voir de Neptune ?

Bien qu’à cause de son éloignement, Neptune soit minuscule si on la compare à d’autres planètes, elle mérite vraiment d’être observée. D’abord parce que c’est la planète la plus lointaine de notre Système solaire, mais aussi parce qu’elle présente une jolie couleur bleue. Enfin, pour les possesseurs d’instruments de plus de 250 mm, parce qu’on peut tenter de repérer son principal satellite, Triton.

Retrouvez toutes les informations utiles pour bien préparer son observation dans notre article Observez Neptune, la plus lointaine planète.

Neptune de mois en mois, les événements à ne pas rater

Visible déjà en deuxième partie de nuit durant l’été, c’est à partir de septembre que les conditions d’observation de Neptune deviennent vraiment intéressantes. En effet, la planète est au plus près de la Terre le 10 septembre. A ce moment, elle culmine dans le ciel en direction du sud vers 2h du matin (heure de Paris), mais est observable dès la nuit tombée entre l’est et le sud.

La planète Neptune et son satellite Triton (en haut à gauche), photographiés à l’aide d’un télescope de 300 mm de diamètre le 26 août 2018. Photo : Stéphane Gonzales

Notez cette date remarquable : le 6 septembre en début de nuit, Neptune frôle notre étoile repère, phi Verseau ! A 22h, la planète et l’étoile sont à environ 30 secondes d’arc l’une de l’autre, une distance qui augmentera avec l’avancement de la nuit. C’est l’occasion idéale pour repérer facilement la planète à condition de disposer d’un instrument permettant de grossir au moins 100 fois. Pensez à comparer les couleurs respectives des deux vedettes de la soirée : jaunâtre pour l’étoile, bleu pour Neptune ! Dans un instrument de plus de 250 mm et un grossissement de 150 fois minimum, vous pouvez aussi tenter d’observer le satellite Triton qui se trouve entre l’étoile et Neptune.

Durant les mois d’octobre et novembre, les conditions d’observation sont chaque jour un peu plus favorables puisqu’à la tombée de la nuit, Neptune est de plus en plus haut dans le ciel : la planète culmine au sud vers minuit (heure de Paris) le 1er octobre et vers 21h le 1er novembre.

En décembre, la période favorable d’observation de Neptune touche à sa fin. Il faut désormais l’observer en début de nuit entre le sud et l’ouest, alors qu’elle a déjà passé son point culminant dans le ciel. Néanmoins les longues nuits d’hiver avec l’arrivée précoce de la nuit autorisent encore de belles observations.

Enfin en janvier 2020, il faut désormais observer Neptune en tout début de soirée, sur l’horizon ouest. Ne manquez pas un dernier rendez-vous marquant le 27 janvier au moment où la nuit tombe : le rapprochement des planètes Vénus et Neptune à environ 5 minutes d’arc l’une de l’autre. Une vision à l’oculaire qui promet d’être spectaculaire !

Pour d’autres informations sur cette planète, lisez Neptune, une planète mystérieuse.