La comète C/2022 E3 (ZTF) devrait être observable facilement aux jumelles (et peut-être à l’œil nu) en janvier et février 2023, partout dans l’hémisphère nord.

La comète C/2022 E3 (ZTF) photographiée sur un fond de ciel étoilé. On remarque que la queue de poussière blanchâtre est bien distincte de la queue de gaz bleutée.
La comète C/2022 E3 (ZTF) photographiée par l’Italien Rolando Ligustri à l’aide de l’un des télescopes de l’observatoire Itelescope (Nouveau-Mexique) le 15 décembre 2022. On remarque que la queue de poussière blanchâtre est bien distincte de la queue de gaz bleutée.

La comète C/2022 E3 (ZTF) pourrait être l’une de ces belles surprises que nous offre parfois le ciel en ce début 2023. Elle a été découverte le 2 mars 2022 par le programme automatique de détection Zwicky Transcient Facility situé au Mont Palomar (Californie, États-Unis). Il s’agit d’une comète périodique dont le dernier passage près du Soleil remonte à environ 50 000 ans.

Rappelons qu’une comète est un petit astre constitué de glaces et de poussières. À l’approche du Soleil, elle se sublime et dégage alors une queue de gaz et une autre de poussières, de taille et de luminosité plus ou moins importantes vues depuis la Terre. En savoir plus

Une comète favorable aux observateurs de l’hémisphère nord

La comète C/2022 E3 (ZTF) a une trajectoire qui la rend observable par tous les curieux de l’hémisphère nord, juste au moment où elle est la plus brillante et au plus près de la Terre. Des circonstances qui n’arrivent pas si souvent ! Pour les observateurs situés aux latitudes moyennes et élevées, elle est même visible toute la nuit, ce qui rend son suivi particulièrement confortable.

Sa trajectoire l’amène au plus près du Soleil le 13 janvier 2023, à 166 millions de kilomètres. Puis, la comète s’approche de la Terre pour se trouver au plus près d’elle le 2 février 2023, à 42 millions de kilomètres. C’est à ce moment qu’elle devrait être la plus lumineuse, avec une magnitude estimée entre 4 et 5 : une valeur la rendant bien visible aux jumelles et probablement décelable à l’œil nu sous un ciel noir.

Comment voir la comète C/2022 E3 (ZTF) ?

C’est durant les mois de janvier et février 2023 que la comète C/2022 E3 (ZTF) devrait être la plus facile à voir depuis l’hémisphère nord. Voici les conditions d’observation pour tous les observateurs situés aux latitudes de la France métropolitaine (entre 45 et 50° nord). Pour localiser les constellations qu’elle traverse, aidez-vous de notre carte du ciel en ligne.

Carte montrant la trajectoire de la comète C/2022 E3 (ZTF), qui progresse dans les constellations de la Couronne boréale, du Dragon et de la Girafe.
Trajectoire de la comète C/2022 E3 (ZTF) entre le 1er janvier et le 30 janvier 2023 (chaque point donne sa position à 1h – heure de Paris – pour la date indiquée). Le nord est en haut de la carte.

Durant la première quinzaine de janvier 2023, la comète se déplace dans la constellation de la Couronne boréale. Elle peut être observée le matin à partir de 3h (heure de Paris) en direction de l’est/nord-est. Sa magnitude devrait progressivement passer de 7 à 6 dans cet intervalle.

À partir du 15 janvier, C/2022 E3 (ZTF) devient circumpolaire, c’est-à-dire qu’elle devient observable toute la nuit. Son déplacement apparent s’accélère. Située dans la constellation du Bouvier, la comète est encore proche de l’horizon durant de nombreuses heures. Ses conditions d’observations sont bonnes en deuxième partie de nuit après 2h, et encore meilleures à l’approche de la nouvelle lune le 21 janvier.

Le 22 janvier, la comète entre dans la constellation du Dragon et est désormais observable toute la nuit dans de bonnes conditions, en direction du nord. Sa magnitude devrait être aux alentours de 5,5. Il faut profiter de cette période d’observation jusqu’au premier quartier de Lune du 28 janvier, avant que la lumière de notre satellite soit plus gênante.

Carte montrant la trajectoire de la comète C/2022 E3 (ZTF), qui progresse dans les constellations de la Girafe et du Cocher.
Trajectoire de la comète C/2022 E3 (ZTF) entre le 27 janvier et le 6 février 2023 (chaque point donne sa position à 1h – heure de Paris – pour la date indiquée). Le nord est en haut de la carte.

À partir du 28 janvier, elle progresse de plus en plus rapidement dans la Girafe. C’est dans cette constellation qu’elle atteint sa position au plus près de la Terre, le 2 février. C’est malheureusement aussi le jour où la Lune presque pleine est la plus proche de C/2022 E3 (ZTF), notre satellite se situant dans les Gémeaux. Sa luminosité atténuera l’éclat de l’astre chevelu, dont la magnitude maximale pourrait atteindre 4,5.

Le 4 février, C/2022 E3 (ZTF) entre dans la constellation du Cocher et reste observable toute la nuit. Dans la nuit du 5 au 6 février, elle passe à proximité de la brillante étoile Capella, avec une magnitude estimée à 5. Les jours suivants, sa vitesse apparente diminue sensiblement.

Carte montrant la trajectoire de la comète C/2022 E3 (ZTF), qui progresse dans les constellations du Cocher, du Taureau et de l'Éridan.
Trajectoire de la comète C/2022 E3 (ZTF) entre le 4 février et le 1er mars 2023 (chaque point donne sa position à 1h – heure de Paris – pour la date indiquée). Le nord est en haut de la carte.

Du 10 au 12 février, C/2022 E3 (ZTF) progresse non loin de la planète Mars, à un peu plus d’un degré. Cela rend les deux astres visibles ensemble aux jumelles ou dans un télescope muni d’un faible grossissement. De même, dans la nuit du 14 au 15 février, la comète passe à environ 1,5 degré de l’étoile Aldébaran : une autre occasion pour la repérer facilement ! Dans cet intervalle de temps, la magnitude de la comète devrait se situer autour de 6.

Les jours suivants, la comète continue de progresser dans la constellation du Taureau mais sa luminosité diminue progressivement. Toutefois, la présence de plus en plus discrète de la Lune (nouvelle lune le 20) devrait permettre de continuer à observer dans de bonnes conditions aux jumelles ou dans un télescope.

Le 3 mars, C/2022 E3 (ZTF) quitte la constellation du Taureau pour entrer dans celle de l’Éridan. Elle n’est plus visible qu’en première partie de nuit et sa luminosité a bien diminué (magnitude aux alentours de 8).

Les observateurs les plus assidus et les mieux équipés pourront continuer à la suivre jusqu’au début du mois d’avril dans cette constellation, avant qu’elle ne disparaisse dans les lueurs du Soleil couchant sur l’horizon sud-ouest.

Trois dates à retenir pour repérer facilement la comète
Au fil de sa trajectoire, la comète C/2022 E3 (ZTF) passe tout près d’astres facilement identifiables à l’œil nu. Il suffit de centrer ses jumelles dessus et la comète sera immanquablement dans le champ ! Pour localiser ces trois astres, vous pouvez utiliser notre carte du ciel en ligne.
Dans la nuit du 5 au 6 février, C/2022 E3 (ZTF) se déplace tout près de l’étoile Capella, dans la constellation du Cocher.
Les soirs des 10 et 11 février, la comète passe à proximité de la planète Mars, dans la constellation du Taureau.
Dans la nuit du 14 au 15 février, elle se trouve à proximité de l’étoile orangée Aldébaran, dans la constellation du Taureau.
Attention à ne pas confondre Aldébaran avec Mars ! Les deux astres ont une couleur et un éclat similaires, et se trouvent dans le même secteur.

La suite après cette annonce

Que voir ?

Il convient d’être prudent sur ce qu’on peut voir lors du passage d’une comète. En effet, rien n’est plus imprévisible que ces petits corps, qui sont autant capables d’un sursaut spectaculaire de luminosité que d’une désintégration leur faisant perdre tout intérêt en quelques jours.

Néanmoins, pour C/2022 E3 (ZTF), on peut être assez confiant car la comète contourne le Soleil à une distance suffisamment grande pour que son noyau ait de grandes chances de ne pas se désintégrer. De plus, sa trajectoire dans le ciel de l’hémisphère nord, à travers des constellations visibles une grande partie de la nuit devrait faciliter énormément les observations.

Il ne devrait donc pas être trop difficile d’observer le noyau brillant, entouré de son halo appelé chevelure, et prolongé par une queue de poussières incurvée et une autre queue de gaz rectiligne. En décembre 2022, les images réalisées par les astronomes amateurs montraient déjà une comète très active et les mesures de sa magnitude étaient conformes aux prévisions.

la comète Neowise au crépuscule devant les éoliennes et un paysage de campagne.
La dernière belle comète brillante à avoir visité le ciel de l’hémisphère nord est la comète Neowise, photographiée ici le 12 juillet 2020. Photo : Sébastien Gozé – Concours photo Stelvision

Avec quels moyens observer la comète C/2022 E3 (ZTF) ?

Durant la période du maximum de luminosité qui s’étale entre le 15 janvier et le 15 février 2023, la comète C/2022 E3 (ZTF) devrait être visible sans difficulté dans un petit instrument (jumelles, lunette astronomique ou télescope de moins de 150 mm de diamètre). Sous un ciel bien noir, il pourrait même être possible de la voir à l’œil nu.

En dehors de cet intervalle, le repérage et l’observation seront plus aisés avec une lunette astronomique ou un télescope. Plus leur diamètre et donc leur pouvoir collecteur de lumière sera important, plus la comète sera aisée à détailler.

L’info en plus : un nom compliqué, mais riche en informations

La dénomination des comètes suit un protocole défini par l’Union astronomique internationale, qui permet de connaître immédiatement plusieurs informations au sujet de la comète en question. Ainsi, pour C/2022 E3 (ZTF) :

  • C/ signifie qu’il s’agit d’une comète périodique (qui revient périodiquement près du Soleil) de plus de 200 ans ;
  • 2022 indique l’année de la découverte ;
  • E indique qu’elle a été découverte durant la première quinzaine de mars (A pour la première quinzaine de janvier, B pour la deuxième quinzaine de janvier, etc.) ;
  • 3 indique qu’il s’agit de la troisième découverte cométaire durant cette quinzaine ;
  • ZTF renseigne sur le découvreur de la comète, ici il s’agit du code assigné au programme de détection Zwicky Transcient Facility.