En juillet dernier, Stelvision proposait un jeu concours original aux abonnés de sa newsletter : découvrir son nouvel ouvrage Le Ciel au télescope en avant-première, un mois avant sa sortie. Quelques 480 participations plus tard, 10 heureux élus ont été retenus pour devenir nos critiques officiels. Voici leurs retours !

Des lecteurs conquis par le format du livre

Pour Léa, Charly, ou encore Alain et sa fille Coralie, “ce livre est très pratique. Son format ni trop imposant ni trop petit est adapté y compris sur le terrain lors des observations.
Les spirales permettent de tourner aisément les pages, sans qu’elles se referment” note Philippe.
Karina a même eu l’idée “d’accrocher à la spirale un ruban (type galon de couture) en guise de marque page.

Les notions essentielles plébiscitées

Le parti pris des auteurs de consacrer les quarante premières pages du livre à des notions de base sur les télescopes puis l’astronomie est largement plébiscité par les dix critiques.

Le chapitre concernant l’utilisation du matériel, télescope ou lunette, est bien pensé et permet de rappeler les réglages indispensables avant toute observation, sans se replonger dans la notice d’utilisation de notre matériel” souligne Philippe.
Un avis partagé par Stéphane, pour qui “les explications de la première partie évitent de passer beaucoup de temps à étudier le sujet et permettent de se mettre rapidement au point sur quoi regarder et comment.
Les débutants comme Alain et Coralie apprécient particulièrement la partie “A vous le ciel !” : “Le chapitre sur les notions de base concernant le ciel étoilé est lui aussi indispensable pour bien débuter ses observations. Ma fille et moi avons tout particulièrement apprécié les chapitres sur la navigation parmi les étoiles et sur l’intérêt de garder une trace de ses observations.
Les explications sont claires, concises, parfois imagées, on ne se sent pas envahi par une multitude d’informations qui pourraient dérouter une novice comme moi” précise Karina.

La Lune : vedette des observations

Suivant la logique de l’ouvrage dont les fiches d’observation débutent par le Système solaire et notamment la Lune, les critiques ont mis à profit quelques soirées estivales pour partir à l’exploration de notre satellite naturel armés de leur nouveau guide.

J’ai apprécié que chaque phase soit représentée jusqu’à la pleine lune. Une très grande partie des cratères, des montagnes et des mers est représentée avec des informations précises dessus ; sur un Newton j’ai trouvé très facile de repérer les noms de ces éléments” témoigne Sébastien.
Jorys corrobore : “tout commence avec la Lune et ses cratères, nommés et détaillés avec une précision exemplaire.
Alain et Coralie se sont amusés sur les traces des missions spatiales : “on apprend à observer certaines curiosités comme le site d’alunissage d’Apollo 11 et les cratères à proximité portant le nom des astronautes de la mission.

Le ciel profond n’est pas en reste

Bien que moins facile d’accès que le Système solaire, notamment avec la météo capricieuse de cet été, le ciel profond et ses lointaines galaxies n’a pas découragé nos critiques lecteurs, y compris débutants.

Christophe estime qu’il y a “tout ce qu’il faut pour ne pas se perdre dans l’immensité du ciel.
Alain détaille : “On apprécie particulièrement le classement par saison des objets observables du ciel profond qui permet de préparer sa nuit pour voir le maximum d’éléments et ensuite, en cours d’observation, de trouver rapidement les objets.

Les cartes avec constellations et repérage des objets du ciel profond sont vraiment pratiques” ajoute Stéphane. Un avis que partage Sébastien : “les cartes sont bien plus simples à lire et à comprendre pour des débutants que sur des atlas spécialisés“, avant d’ajouter “il s’agit pour ma part de la partie qui se différencie des autres guides et ouvrages par rapport à sa simplicité d’utilisation et de compréhension. J’aime le nombre varié de fiches qui permet quelle que soit la période de l’année et la pollution lumineuse de toujours trouver de quoi observer. Les conseils pour le repérage des cibles associés aux cartes sont clairs et précis. Le gros plus est vraiment que les explications sont adaptées pour chaque type d’instrument ainsi que les grossissements conseillés.”

Léa quant à elle est conquise : “Ce livre nous offre une sublime partie détaillée et esthétique sur les objets remarquables du ciel profond avec lesquels débuter au télescope. Il permet de repérer les objets très facilement même si on ne les avait jamais cherchés avant : par exemple j’ai trouvé Epsilon 1 et 2 grâce aux tracés précis du viseur point rouge sur la carte.

Des suggestions intéressantes

Nos premiers lecteurs n’ont pas oublié de nous souffler des idées d’améliorations ou de compléments pour une éventuelle seconde édition.

Pour le cartouche d’indice de visibilité et de facilité de pointage par pictogramme, Christophe propose de privilégier une notation sur 5 pour une pertinence accrue.
Karina suggère d’intégrer une petite zone pour prendre des notes car “bien que dans l’ouvrage on nous encourage à ouvrir son propre carnet d’observation, parfois c’est tellement mieux d’écrire directement sur le support“.
Sébastien détaille des ajouts précis : “une explication sur la pupille de sortie dans les notions essentielles, un schéma d’un Maksutov page 9 vu l’engouement pour cet instrument, indiquer les jours des phases descendantes de la Lune“, et s’enthousiasme “il serait génial de mettre en plus un schéma style astro-dessin (comme ceux pages 40-41), qui pour ma part est plus représentatif de ce qu’on voit à travers l’oculaire“.

Que de remarques intéressantes ! Elles seront bien sûr soigneusement conservées et analysées par les auteurs dans la perspective d’une seconde édition.

Et Charly de nous donner du grain à moudre : “J’attends avec impatience le tome 2 d’approfondissement avec notamment les techniques plus détaillées de mise en station, de collimation… et un peu d’astrophotographie.

En conclusion

Les dix critiques se sont montrés unanimes sur le pari réussi de créer un guide capable d’accompagner les astronomes débutants et plus chevronnés, mais nous vous proposons de laisser ici la parole à Jorys, qui l’a exprimé avec beaucoup de poésie.

Qui que vous soyez, un novice, vierge de lumières célestes et fâché avec l’orientation, laissez-vous guider par un livre qui vous prend par la main et vous dévoile toutes les astuces pour vous repérer et observer le ciel ; un citadin frileux qui peste contre la lumière de la ville, le froid et son télescope qu’il trouve trop petit, pas d’inquiétude, le guide indique quelle est la saison adéquate pour l’observation idéale en ville ou à la compagne et même avec du matériel standard ; et si vous êtes un confirmé, un téméraire, un collectionneur, le guide vous donne la chance de vous lancer dans une entreprise passionnante : partir à la chasse des centaines d’observations recensées […]
Voilà la force du Ciel au télescope, donner à chacun, quel que soit son niveau ou son envie, l’impression de s’inscrire dans la glorieuse lignée des contemplateurs du ciel, Copernic, Galilée, Kepler, Tycho Brahe, Halley.

Un grand merci aux dix lecteurs pour leurs contributions : pour retrouver la liste des gagnants au jeu concours Le Ciel au télescope, cliquez ici.