Des aurores boréales visibles en France : un événement exceptionnel ! 

Dans la nuit du 10 au 11 mai 2024, des aurores boréales sont apparues dans le ciel français et dans de nombreux autres pays peu habitués à ce spectacle. Retour sur cette nuit peu banale.

Photo nocturne montrant un premier-plan avec des arbres et des toits en ombre chinoise. Dans le ciel, quelques étoiles et surtout des aurores boréales de couleur verte à l'horizon et mauve et rouge vers le zénith, avec de multiples colonnes lumineuses.
L’un des magnifiques dégradés de couleurs offerts par les aurores boréales apparues en France dans la nuit du 10 au 11 mai 2024, ici dans l’Aisne. Photo : Carine Souplet

Les aurores boréales font partie des choses que l’on souhaite admirer lorsque l’on visite des pays comme l’Islande, la Norvège, la Finlande ou encore le nord du Canada. À ces hautes latitudes, il s’agit de phénomènes assez courants. En revanche, en voir en France est beaucoup plus rare, pour ne pas dire exceptionnel. Alors que s’est-il passé dans la nuit du 10 au 11 mai, lorsqu’elles ont envahi le ciel français, mais aussi celui de nombreux pays qui n’y sont pas habitués ?

Pourquoi des aurores boréales sont-elles apparues ?

Les aurores boréales se produisent lorsque le Soleil, à la suite d’éruptions à sa surface, éjecte des particules électrisées en direction de la Terre. Lorsqu’elles atteignent notre planète, ces particules interagissent avec les molécules de l’atmosphère et émettent de la lumière : une aurore apparaît.

Or, le Soleil est très actif en ce moment et produit de nombreuses éruptions. Cette activité peut être suivie en temps réel grâce aux observations et données scientifiques qui sont facilement accessibles sur Internet, par exemple sur le site spaceweatherlive.com. Lorsqu’une forte éruption a lieu, divers indicateurs permettent de savoir si, un à deux jours après l’événement, des aurores boréales sont possibles. Par ailleurs, des applications pour smartphone comme My Aurora Forecast ou Aurora Labs donnent directement les prévisions d’aurores boréales en fonction du lieu. Enfin, il existe des groupes dédiés à l’observation des aurores sur les réseaux sociaux, par exemple Aurores Boréales en France sur Facebook. Ces communautés partagent leurs informations et donnent l’alerte quand les conditions semblent favorables.

Les passionnés d’aurores boréales sur le qui-vive

Grâce à ces différentes sources d’informations, les passionnés d’aurores boréales savaient qu’un épisode intéressant s’annonçait entre le 10 et le 12 mai. En effet, plusieurs éruptions majeures (de classe X, qui correspond aux plus fortes) avaient eu lieu les 8 et 9 mai à la surface du Soleil. Compte tenu de la puissance de ces phénomènes, une forte tempête géomagnétique était même annoncée. Cette dernière a d’ailleurs été évoquée par les médias parce qu’une telle tempête peut perturber, voire détériorer les réseaux électriques et de télécommunication. Sur ce point, il ne s’est heureusement rien passé de grave.

Capture d'écran avec des cartes et des graphiques variés. L'indicateur Kp indique 9, le maximum pour les aurores boréales. Le vent solaire est très fort à 800 km/sec. l'ovale auroral est très large et descend largement sur l'Europe et l'Amérique du nord.
Capture d’écran du site spaceweatherlive.com où cartes et graphiques montrent tous qu’une forte activité aurorale est en cours au soir du 10 mai 2024.

Vendredi 10 mai en fin de journée, chacun retenait donc son souffle quand les indicateurs d’une forte activité aurorale ont commencé à poindre. La tempête géomagnétique avait débuté ! Il ne faisait même pas encore nuit à 22h45, lorsque les premiers signes d’aurores sont apparus en France : une couleur légèrement rougeâtre décelable par un œil exercé, en direction du nord. En réalisant une photographie posée quelques secondes vers ce secteur, le doute n’était plus permis !

Photo des premières aurores apparues au crépuscule. Il y a un premier plan d'arbres, le ciel n'est pas complètement sombre et des lueurs rougeâtres sont bien visibles.
Vendredi 10 mai vers 22h45, la nuit n’est pas complètement installée quand les premières aurores boréales apparaissent vers le nord. À l’œil nu, une très légère teinte rose est même décelable. Photo : Carine Souplet

Cette première vague qui a duré un peu moins d’une heure était déjà d’une ampleur remarquable, en raison de la facilité avec laquelle on voyait les aurores à l’œil nu. Puis, l’activité s’est calmée et il ne subsistait plus dans le ciel que de légères teintes rouges… Toutefois, les indicateurs de l’activité aurorale restaient extrêmement élevés !

Carte montrant le nord de la Terre et l'auvale auroral. Celui-ci est très large et descend jusque sur la France. La couleur rouge, où les aurores sont les plus puissantes est très présente.
Cette carte de prédiction des aurores boréales sur l’hémisphère nord proposée par le centre américain de prédiction de la météorologie spatiale NOAA montre clairement que la France est concernée par les aurores boréales le 10 mai 2024.

Un spectacle d’une ampleur exceptionnelle

C’est alors qu’une seconde vague d’aurores boréales est arrivée vers 0h30. Et quelle vague ! Depuis le nord de la France, elle a, à son paroxysme, souvent envahi la moitié du ciel. Les observateurs situés dans un lieu bien dégagé ont ainsi pu voir de magnifiques draperies allant du nord-est au nord-ouest du ciel, avec des structures montant parfois jusqu’au zénith. Du jamais vu depuis au moins 20 ans en France ! Le plus impressionnant était de distinguer des teintes colorées aussi facilement à l’œil nu depuis les endroits dénués de pollution lumineuse. Beaucoup de vert à l’horizon nord, et du rouge et du mauve au-dessus. Côté structures visibles, il s’agissait essentiellement de colonnes verticales ou de des taches lumineuses plus ou moins étendues. Des structures moins prononcées que ce qu’il est possible de voir dans les contrées plus septentrionales, mais toutefois remarquables depuis la France.

Animation avec une photo d'aurore en trois versions : la première "normale", la seconde avec les constellations de la Grande Ourse et la Petite Ourse dessinée et la troisième presque sans couleur pour donner le rendu à l'oeil nu de l'aurore. Il y a un premier plan d'arbres et de toits, l'aurore est de couleur rose avec des pilliers.
Animation montrant une draperie aurorale visible dans la nuit du 10 au 11 mai 2024. Le repérage des constellations de la Grande Ourse et de la Petite Ourse donne une idée de la taille des structures dans le ciel. L’image peu colorée essaie quant à elle de restituer l’aspect réel des aurores à l’œil nu : en effet, les photos posées plusieurs secondes permettent de magnifier les couleurs par rapport à la vision à l’œil nu en raison de l’accumulation de lumière permise. Crédit : Carine Souplet

Cette seconde vague a duré environ 1h30 avant de se calmer. Une troisième vague s’est ensuite produite après 3h, mais elle était de moins grande ampleur. Les plus passionnés ont souvent tenu jusqu’au petit matin pour ne rien rater de cet événement exceptionnel visible dans la France entière.

Beaucoup espéraient une seconde nuit avec ces aurores incroyables, mais le spectacle ne s’est pas reproduit dans la nuit du 11 au 12 mai, la tempête géomagnétique étant sur le déclin à partir de la fin d’après-midi, le 11 mai.

Pourquoi les aurores boréales du 10 au 11 mai ont été remarquables et autant vues ?

En France métropolitaine, les conditions étaient idéales. Le ciel était quasiment sans nuages sur tout le territoire. La Lune était très peu gênante car en très fin croissant. De plus, nous étions au beau milieu d’un grand week-end où de nombreux français étaient en repos et souvent partis loin de la ville. Le contexte était donc très favorable et comme l’information a très vite circulé grâce aux réseaux sociaux, de très nombreux observateurs ont pu en profiter visuellement et prendre des photos.

Photo grand angle prise sur un espace dégagé la nuit, où l'on voit des lumières rouges d'éoliennes à l'horizon. Dans le ciel, l'aurore boréale couvre tout le ciel, elle est verte près de l'horizon et a un beau dégradé de mauve et de rouge plus haut dans le ciel. Il y a de nombreux piliers lumineux.
Un autre aperçu des aurores boréales visibles dans la nuit du 10 au 11 mai 2024. En comparant avec les images précédentes, vous pouvez constater de belles variations de couleurs. Image : Carine Souplet

Un tel événement se reproduira-t-il bientôt ?

Comme expliqué précédemment, cet épisode d’aurores visibles en France est exceptionnel. D’abord parce que les tempêtes géomagnétiques puissantes sont assez rares, mais aussi parce que pour voir les aurores qui en résultent, il faut également de bonnes conditions météorologiques et un événement qui se produit pendant la nuit.

Néanmoins, rien n’est perdu pour ceux qui n’ont rien vu cette fois-ci ! En effet, le Soleil devrait encore être très actif pendant un à deux ans : on peut donc espérer que d’autres occasions se présentent. Est-ce que le spectacle sera aussi remarquable ? Impossible de le savoir. Mais si vous souhaitez en avoir le cœur net, il vous reste à utiliser les nombreux outils numériques à disposition, à activer leurs systèmes d’alertes et à être patient : vous attendrez peut-être seulement quelques semaines… ou bien de nombreuses années !