C’est sans doute la planète suscitant le plus d’émerveillement avec ses incroyables anneaux : découvrez la splendide Saturne, visible dès maintenant et jusqu’à la fin de l’année 2020.

Saturne vue par la sonde Cassini. Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute
Saturne vue par la sonde Cassini. Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

Saturne est une magnifique planète gazeuse. Elle fait partie des planètes géantes, son diamètre de 120 536 kilomètres faisant neuf fois celui de la Terre. Elle est assez facilement repérable à l’œil nu bien que située à plus de 1,2 milliard de kilomètres de la Terre. Et on peut observer ses anneaux avec un télescope d’amateur : un spectacle que l’on n’oublie pas !

Quand peut-on voir Saturne ?

Tous les ans, une période favorable de plusieurs mois permet d’admirer Saturne. Mais c’est autour de l’opposition, qui est le moment où la planète est à l’opposé du Soleil par rapport à la Terre, que les conditions sont les plus intéressantes : en effet, c’est aussi la période où elle se trouve au plus près de nous. Saturne est alors visible toute la nuit et atteint son point le plus haut dans le ciel en milieu de nuit : une hauteur assez faible en 2020 pour la France métropolitaine (environ 22° au maximum, soit la largeur de la main écartée), mais de plus en plus importante à mesure que l’observateur est à une latitude faible, voire se trouve dans l’hémisphère sud.

Photo montrant la Lune, Mars, Jupiter et Saturne dans le ciel du matin au dessus d'un lac. Photo de Louis Rouxel
Le 26 février 2020 au petit matin, la Lune accompagne Mars. Plus près de l’horizon, Jupiter et Saturne sont encore éloignées l’une de l’autre, mais elles vont se rapprocher de plus en plus tout au long de l’année. Photo : Louis Rouxel – Concours photo Stelvision

En 2020, Saturne est visible au printemps en seconde partie de nuit. Elle atteint son opposition le 20 juillet : les nuits autour de cette date sont donc les meilleures pour l’observer alors qu’elle arbore son plus grand diamètre apparent. Les conditions d’observation restent ensuite très favorables jusqu’en septembre, puis la géante aux anneaux reste visible le soir jusqu’à la fin décembre, au dessus de l’horizon ouest. La période favorable suivante d’observation s’ouvrira ensuite à l’été 2021.

Comment repérer Saturne ?

Saturne a l’apparence d’une étoile relativement brillante, mais on peut la confondre avec d’autres étoiles si on ne l’a pas d’abord repérée sur une carte du ciel (par exemple la carte du ciel en ligne Stelvision). En 2020, elle se trouve essentiellement dans la constellation du Sagittaire. Attention à ne pas la confondre avec la planète Jupiter qui évolue elle aussi dans cette constellation tout au long de 2020 : Saturne est brillante et toujours visible à l’œil nu, mais son éclat est moins intense que celui de Jupiter (magnitude 0,1 à 0,2 pour Saturne et -2,7 pour Jupiter en juillet 2020).

Carte montrant la position de Saturne de mois en mois, entre les constellations du Capricorne et du Sagittaire.
En 2020, la planète Saturne se repère au dessus de l’horizon est-sud-est, près de la constellation du Capricorne et à l’est de la théière du Sagittaire. La planète Jupiter, qui circule tout près, n’est pas représentée ici. Vous pouvez vérifier à tout moment la position simultanée des deux planètes avec la carte du ciel en ligne Stelvision.

Que peut-on voir au télescope ?

Saturne offre un spectacle étonnant au télescope ou à la lunette astronomique. Avec une modeste lunette grossissant 40 fois, on peut déjà distinguer les anneaux ! Ces anneaux faits de roche et de glace entourent le disque de Saturne et donnent un effet “3D” dont on ne se lasse pas.

Dessin de saturne observée dans un télescope d'amateur.
Saturne dessinée par un astronome amateur expérimenté à l’aide d’un télescope offrant des grossissements compris entre 216 et 430 fois. Ce dessin montre bien les anneaux ainsi que plusieurs satellites (Titan, Téthys et Rhéa).
Dessin publié sur Webastro, auteur : Nunky

En fait, on parle d’anneaux (au pluriel), mais il faut un instrument plus puissant et bien réglé (au moins 150 mm de diamètre et 100 fois de grossissement) pour bien voir la célèbre division de Cassini qui marque la principale séparation entre les anneaux. On distingue trois zones, dites anneaux A, B et C : l’anneau A est le plus externe, l’anneau B est plus clair et plus proche de la planète, tandis que l’anneau C est encore plus proche de la planète mais il est très sombre et difficile à déceler.

La planète est striée de bandes nuageuses qui sont parfois visibles sur le disque.

Dans un télescope d’amateur, l’image est vraiment ravissante même si elle reste petite et peu détaillée dans les instruments les plus modestes. Lorsque l’atmosphère est bien stable (pas de turbulence atmosphérique) et si vous disposez d’un instrument de qualité, l’impression d’image “taillée au couteau” est saisissante.

En astrophotographie, il faut une bonne maîtrise technique pour obtenir de belles images. Certains amateurs très expérimentés obtiennent des résultats vraiment spectaculaires en combinant de très nombreuses images et en recourant à des traitements numériques sophistiqués, ce qui a pour effet d’annuler les effets de la turbulence et de restituer des images nettes et pleines de détails.

Image de Saturne réalisée par l'astronome amateur Stéphane Gonzales. On voit les bandes nuageuses, les anneaux et la division de Cassini.
Cette image réalisée par Stéphane Gonzales a remporté le 13e concours photo Stelvision en 2015. Technique : télescope Newton de 250 mm de diamètre à F/D=4,8, correcteur ADC, Barlow Powermate 5x, caméra QHYCCD qhy5l-II m, filtres RVB, dé-rotation 25 mn.

Suivez l’inclinaison des anneaux de Saturne

Les anneaux de Saturne sont inclinés de 27° par rapport au plan de l’écliptique (la trajectoire de la Terre autour du Soleil). Cette inclinaison est toujours orientée dans la même direction lorsque Saturne effectue sa révolution autour du Soleil en 29 ans et demi (voir schéma ci-dessous). A chaque nouvelle opposition de Saturne, la configuration Terre-Saturne est légèrement différente (flèches vertes du schéma). En conséquence, selon les années, l’inclinaison des anneaux vus de la Terre varie : on dit qu’ils sont plus ou moins ouverts, c’est-à-dire qu’à certains moments ils sont vus quasiment par la tranche alors qu’à d’autres moments ils se présentent suivant un angle qui les rendent très bien visibles. L’ensemble suit un cycle de 29 ans et demi environ (la période de révolution de Saturne autour du Soleil), pendant lequel les anneaux montrent tantôt une face, tantôt l’autre, dans un mouvement d’oscillation.

Schéma illustrant la variation d'inclinaison des anneaux de Saturne lorsqu'on les observe depuis la Terre.
L’inclinaison des anneaux de Saturne varie d’année en année lorsqu’on les observe depuis la Terre. Au centre sont représentées les positions réelles du Soleil, de la Terre et de Saturne aux meilleures périodes de visibilité de Saturne (les oppositions, représentées par les flèches vertes). A l’extérieur est représenté l’aspect de Saturne vu depuis la Terre à chacune des oppositions. Images de Saturne : NASA/STSci/AURA

En 2020, la visibilité des anneaux de Saturne reste bonne, les anneaux sont encore bien ouverts. La valeur maximale de 27 degrés a été atteinte en 2017 et diminue actuellement jusqu’en 2025, moment où nous pourrons assister à leur disparition durant quelques jours… et il faudra attendre l’année 2032 pour retrouver l’angle d’ouverture maximal de 27 degrés.

Les satellites

Certains des satellites de Saturne peuvent être observés, mais avec un instrument modeste on ne voit que le plus gros, Titan (5 150 km de diamètre).

Saturne compte en fait de très nombreux satellites : plus de 60, sans compter des dizaines de tout petits corps appelés lunes mineures. Certains ont été découverts très récemment par la sonde Cassini. Forcément moins brillants que ceux de Jupiter vus de la Terre (Saturne est deux fois plus loin de la Terre que l’est Jupiter), les plus gros satellites sont observables avec un télescope d’amateur, en nombre variable selon la puissance de l’instrument.

Avec un télescope de puissance moyenne (de l’ordre de 150 mm de diamètre), on peut voir jusqu’à cinq satellites : Titan, Rhéa, Japet, Dioné, Téthys. Mais ils ne sont pas faciles à repérer car on peut les confondre avec les étoiles environnantes : leur éclat est relativement faible (magnitude 10 à 11) et ils peuvent se trouver assez loin de la planète. Le repérage est donc moins simple qu’avec les satellites galiléens de Jupiter.

Photo de trois satellites de Saturne : Titan, Mimas et Rhea, montrant chacun une forme de croissant.
Cette image de la sonde Cassini montre trois satellites : Titan, Mimas et Rhéa, sous forme de croissants. Vue obtenue à une distance d’environ 2 millions de kilomètres de Titan. Photo : NASA/JPL-Caltech/Space Science Institute

En savoir plus sur Saturne, ses caractéristiques physique et son exploration ? Lisez notre article Saturne la majestueuse.

Les rendez-vous à l’œil nu à ne pas manquer en 2020

Les grands rendez-vous à l’oeil nu de Saturne sont quasiment les mêmes que ceux de Jupiter car les deux planètes évoluent très près l’une de l’autre tout au long de 2020. Il faut en profiter, car une telle proximité ne se reproduira pas avant 2041. Les deux planètes sont accompagnées chaque mois par la Lune.

Mais s’il faut choisir entre toutes dates, retenez-en deux en particulier : le 23 juillet et le 21 décembre. On vous en donne le détail ci-dessous !

Le 20 juillet, Saturne est en opposition : la planète est au plus près et son diamètre apparent est le plus important pour 2020. C’est aussi le moment ou elle est la plus brillante (magnitude 0,1).

Positions de Saturne et de Jupiter le 20 juillet 2020 en soirée, alors que Saturne est au plus près de la Terre.

Le 23 juillet à l’aube, observez Saturne en compagnie de toutes les autres planètes du Système solaire pour un véritable marathon des planètes ! Cette observation simultanée est une occasion vraiment rare, alors ne la manquez pas. Si Jupiter, Saturne, Mars Vénus et Mercure seront facilement visibles à l’œil nu, il faudra une lunette ou un télescope pour pointer Uranus, Neptune et Pluton.

Dans la nuit du 1er au 2 août, la Lune presque pleine reste au chevet de Saturne et Jupiter tout au long de la nuit.

Durant les nuits du 28 au 29 août, puis du 25 au 26 septembre, la Lune gibbeuse accompagne de nouveau les deux planètes géantes, toujours situées entre le Sagittaire et le Capricorne.

Au soir du 22 octobre, la Lune en croissant accompagne Saturne et Jupiter jusqu’à leur coucher à l’horizon sud-ouest.

Au soir du 19 novembre, la Lune en croissant passe encore une partie de la nuit en compagnie des planètes Saturne et Jupiter, de plus en plus proches l’une de l’autre.

Le 17 décembre vers 18h30, le très fin croissant de Lune se trouve à 6° du duo très serré Jupiter-Saturne.

Enfin le 21 décembre en début de nuit, ne manquez surtout pas de voir Saturne et Jupiter qui se frôlent à 0,1° au dessus de l’horizon ouest !

Illustration montrant les planètes Saturne et Jupiter entourées de leurs satellites, telles qu’elles seront visibles dans un instrument avec un grossissement de 31 fois, le 21 décembre 2020.
Les planètes Saturne et Jupiter entourées de leurs satellites, telles qu’elles seront visibles dans un instrument avec un grossissement de 31 fois, le 21 décembre 2020.