Dernière mise à jour : 20 juillet 2020.

Cette superbe comète a surgi sans prévenir ! Visible à l’œil nu, elle suscite l’enthousiasme des observateurs et peut maintenant être observée toute la nuit. Toutes les infos pratiques pour l’observer.

La comète C/2020 F3 (NEOWISE) photographiée au matin du 7 juillet 2020 par Cyril Calvet, depuis le belvédère catalan de Força Real (Pyrénées orientales). On voit la comète s'élever à la verticale au dessus du ciel colorée d'orange à l'horizon.
La comète C/2020 F3 (NEOWISE) photographiée au matin du 7 juillet 2020 par Cyril Calvet, depuis le belvédère catalan de Força Real (Pyrénées orientales).

Une belle comète, enfin !

Depuis 1997 et la splendide comète Hale-Bopp, les amateurs de phénomènes célestes ont longtemps guetté l’arrivée de nouvelles comètes spectaculaires. Mais les comètes visibles à l’oeil nu ou avec une petite paire de jumelles sont rares : la plupart ne sont visibles qu’avec un télescope et certaines comètes annoncées comme prometteuses se sont avérées décevantes… Ainsi cette année, les comètes C/2019 Y4 (ATLAS) et C/2020 F8 (SWAN) se sont désintégrées en arrivant près du Soleil sans nous donner l’occasion de les admirer.

Photo comète NEOWISE
La comète NEOWISE photographiée avec une petite lunette par Jean-Baptiste Grillet le 7 juillet 2020.

Mais tout récemment, un autre petit astre glacé a surgi des confins du Système solaire et créé l’enthousiasme des observateurs : C/2020 F3 (NEOWISE). Découverte le 27 mars 2020 par le programme de recherche de la NASA Near-Earth Object Wide-field Infrared Survey Explorer qui lui a donné son nom, cette comète est observable depuis l’hémisphère nord depuis qu’elle est passée au plus près du Soleil le 3 juillet 2020. Depuis cette date, les observateurs guettaient son apparition au ras de l’horizon nord nord-est en fin de nuit… et ils n’ont pas été déçus !

Où et quand chercher cette comète

Depuis la mi-juillet, la comète NEOWISE peut être admirée dès le début de la nuit au-dessus de l’horizon nord-ouest, près de la constellation de la Grande Ourse. Un horizon bien dégagé est indispensable car elle n’est pas très haute !

Au cours de la soirée, le mouvement apparent du ciel entraine la comète de plus en plus bas vers l’horizon nord puis celle-ci remonte au-dessus de l’horizon nord-est en fin de nuit. Le mouvement propre de la comète NEOWISE n’est quant à lui pas perceptible en temps réel mais en l’observant plus d’une heure durant, on peut percevoir son léger mouvement si une étoile assez brillante se trouve à proximité de sa tête, servant ainsi de point de repère. Il est plus facile de constater son déplacement de jour en jour sur le fond du ciel étoilé : d’ailleurs, NEOWISE gagne ainsi chaque soir un peu plus de hauteur après le coucher du Soleil, rendant son observation plus aisée au fil du temps.

Carte montrant la position de la comète C/2020 F3 (NEOWISE) entre le 18 et le 28 juillet 2020, vers 23h30 (heure de Paris). L'horizon indiqué ici est valable pour une latitude de 47° nord. La comète circule actuellement sous la constellation de la Grande Ourse.
Position de la comète C/2020 F3 (NEOWISE) entre le 18 et le 28 juillet 2020, vers 23h30 (heure de Paris). L’horizon indiqué ici est valable pour une latitude de 47° nord.

La comète s’approche de la Terre jusqu’au 22 juillet, c’est pourquoi elle est actuellement aussi spectaculaire. Mais en même temps, elle s’éloigne du Soleil et son éclat va progressivement baisser : donc il vaut mieux l’admirer sans trop tarder ! NEOWISE devrait rester intéressante à observer jusqu’au début du mois d’août. Ensuite, son éclat sera nettement moindre et il faudra attendre son retour… dans près de 7 millénaires !

Cette magnifique image de la comète NEOWISE prise le 12 juillet 2020 montre la large queue de poussières (blanche) et la queue fine et rectiligne de gaz (bleue). Cliquez sur l’image pour agrandir. Photo : Christophe Gervier

Une longue queue à admirer à l’oeil nu et aux jumelles

La comète NEOWISE est visible à l’oeil nu à condition de disposer d’un ciel suffisamment noir. Une paire de jumelles peut vous aider à la dénicher si les conditions ne sont pas idéales : balayez soigneusement la zone que nous vous indiquons sur notre carte de repérage, sous la Grande Ourse. Scrutez attentivement : si vous n’êtes pas habitué à l’observation astronomique, ou si le ciel n’est pas très noir à cause de la Lune ou de la pollution lumineuse, la comète ne vous sautera peut-être pas aux yeux. Mais une fois repérée, plus de doute possible ! Les jumelles (ou une petite lunette à faible grossissement) révèlent sa longue queue blanchâtre de poussières qui se déploie majestueusement au-dessus d’un petit noyau brillant. L’ensemble occupe tout le champ de vision de jumelles classiques, ce qui représente environ 6° de taille angulaire soit 12 fois la taille de la Lune !

Photographier la comète NEOWISE

Tenter d’immortaliser cette observation plutôt rare n’est pas très compliqué car la comète NEOWISE est brillante. Un trépied ou un support stable est toutefois indispensable car une pose de quelques secondes est nécessaire. Si vous utilisez un smartphone, sélectionnez le mode “nuit” et cadrez de façon à avoir un joli premier-plan. Au moment où le Soleil teinte l’horizon de jolies couleurs chaudes, le résultat peut être spectaculaire !

Si vous utilisez un appareil photo, choisissez une focale de 50 à 200 mm, ouvrez le diaphragme au maximum (rapport f/d le plus petit possible) et réglez la sensibilité entre 500 et 1000 iso environ : le temps de pose adéquat devrait se situer entre 5 et 20 secondes. Procédez par essais successifs en variant les temps de pose et là encore, soignez votre premier-plan : votre photo n’en sera que plus esthétique.

Le choix du premier-plan peut rendre une image astronomique très esthétique ! Au matin du 7 juillet , Alain Brodin a encadré la comète NEOWISE d’un joli premier-plan de feuillage, alors que des nuages noctulescents habillaient le ciel.

Un petit corps glacé, grand voyageur

Cette comète spectaculaire n’est en fait qu’un minuscule corps glacé dont le diamètre a été estimé à 5 km par la Nasa. Il est entouré d’un halo appelé chevelure et prolongé par cette queue spectaculaire, longue de plusieurs millions de kilomètres ! Elle est constituée de poussières éjectées sous l’action du Soleil. Une seconde queue constituée de gaz ionisé bleuté est visible sur certaines photos (mais très difficilement en observation directe).

A son passage au plus près de la Terre le 22 juillet, la comète sera à une distance de 103 millions de km. Ensuite, elle repartira aux confins du Système solaire, s’éloignant à près de 100 milliards de km, pour ne revenir que dans 6 800 ans.

Pour en savoir plus sur les comètes : Qu’est-ce qu’une comète ?